La chronique à

La plage dynamique et la perception visuelle

Dans la course du toujours plus — plus de mégapixels, plus de système de stabilisation, plus de vitesse, plus de technologies — plus de plage dynamique trône au sommet de la liste de souhaits des photographes de tout horizons, surtout les photographes de paysages. Et pour de bonnes raisons — la photographie de paysages offre des défis avec des hautes lumières et des zones sombres et un plage dynamique élevée permet de faire ressortir des détails dans les ombres et dans les hautes lumières. Les manufacturiers de caméras travaillent d’arrache pied pour offrir des capteurs offrants une plage dynamique de plus en plus grande.

Nos yeux en voient plus que nos caméras

Comme vous le voyez sur l’image ci-dessus, le capteur des caméras récentes est capable de capturer 14-15 stops de lumière. C’est impressionnant mais on est loin de la merveille de l’évolution qu’est la vision humaine qui peut percevoir jusqu’à 30 stops !

Toutefois, même si l’oeil humain capable de voir 30 stop de lumière, c’est grâce à ce qu’on appelle “la persistance de l’étendu des contrastes”. En fait, nous ne voyons que 10 stops à la fois mais le cerveau accumule cette information et est en mesure de combiner l’ensemble des plages de 10 stops pour en former 30 au total.

Prenons pour exemple la photo ci-dessous prise en contre-jour. Alors que vous voyez les zones sombres, les teintes moyennes pour finir dans les hautes lumières du soleil, vos yeux dédient 10 stops pour chaque portion de l’image et les combinent dans votre cerveau pour former la scène finale sans même que vous y pensiez. Merveilleux n’est-ce pas ?

Un condensé de la plage dynamique

Cette scène de 30 stops est celle que vous vous souvenez avoir vue mais votre caméra la reproduira avec 14 stops dans le meilleur des cas. C’est une des raisons que parfois, les photos ne rendent pas justice à nos souvenirs.

Vous vous dites alors que faire des photos en HDR (High Dynamic Range) corrigera le tout, n’est-ce pas ? En partie, oui. Les basses lumières ne seront plus d’un noir pur et les hautes lumières ne seront plus “brûlées”.

Mais les 30 stops que vous avez perçus lors de la photo sont maintenant condensés dans les 10 stops de l’écran de l’ordinateur ou les près de 14 stops pour les nouveaux moniteurs HDR.

En conclusion, il est possible, grâce à la retouche de photos d’améliorer la profondeur, les contrastes et la perception de la plage dynamique de vos photos mais il est difficile, voir impossible de reproduire le souvenir que vous aviez de cette image lorsque vous la voyiez avec vos yeux.

Copyright © Stéphan St-Denis - Pour Passion Photo Laurentides

Powered by SmugMug Owner Log In